Excuses anti réunions

Réunion : les 5 meilleures excuses pour ne pas y aller

Votre prochaine réunion sera la Nème de la semaine. Trop, c’est trop. Il ne vous reste plus assez de temps pour faire votre travail. Si seulement il y avait une petite chance que cette réunion là serve à quelque chose…

Alors c’est décidé, on sèche la réunion. On n’y va pas. Mais encore faut-il pouvoir avancer une excuse valable.

Petit tour d’horizon des excuses plus ou moins recevable pour ne pas aller en réunion.

1. « J’ai trop de travail »

Chez Perfony, on dit toujours qu’on ne va pas en réunion pour travailler. On y va pour prendre des décisions.

Donc si on passe sa vie en réunion, il ne reste plus de temps pour faire avancer les dossiers. A un moment, il faut savoir dire stop. Attention, c’est une excuse qui ne peut pas servir trop souvent sinon vous passerez pour quelqu’un qui ne sait pas organiser son travail.

Il faut faire attention également à la susceptibilité du pilote de la réunion qui pourrait se vexer que vous considériez sa réunion comme n’étant pas du travail.

Cependant, « j’ai trop de travail » est sans doute l’un des meilleurs arguments possible pour esquiver une réunion.

2. L’arrêt maladie

« Aux grands maux les grands remèdes… »

On distinguera deux cas :

Dans le premier vous n’êtes pas malade. Alors vous n’avez pas d’autre choix que de foncer sur Google et de taper « comment tomber malade en moins de 2 heures » ou de choisir dans la liste suivante :

  • « Je fais une indigestion PowerPoint »
  • « Je suis agoraphobe et dès qu’on est plus que 2 je suis en panique »
  • « J’ai une allergie très rare aux acariens de salle de réunion (les plus féroces) »

Attention, cette excuse n’a que très peu de chance de fonctionner et vous risquez en plus de dévoiler le peu d’estime que vous portez à l’organisateur.

Dans le second cas, vous êtes vraiment malade et le mot du médecin ou l’arrêt maladie sera votre sauf-conduit pour échapper à cette réunion. C’est une solution radicale et incontestable il est vrai mais qui présente toute de même un inconvénient majeur : la maladie.

3. « Ah bon ? Il y avait une réunion ! »

C’est une excuse très efficace car on la présente après avoir manqué une réunion. Donc l’objectif premier est atteint puisque vous y avez échappé.

Mais que penser d’une personne qui ne sait même pas tenir son agenda ?

Alors si ça peut arriver à tout le monde d’avoir un raté, cette excuse ne peut pas servir plus d’une fois.

4. « J’ai aqua-poney ».

C’est la version plus récente du « j’ai piscine » ou « j’ai dentiste ». Mais cette excuse présente en plus un caractère très ironique, voire légèrement insolent.

Vous envoyez très clairement le message « ta réunion ne m’intéresse absolument pas » à l’organisateur. Donc si son coté amusant est forcement très tentant, c’est une excuse aussi très dangereuse car il ne faut pas s’attendre à rester en bons termes avec le pilote de la réunion.

5. « Je dois voir le chef ».

C’est une stratégie digne d’un chef indien. Vous organisez vous même un autre rassemblement au même moment, avec au moins une personne plus importante dans l’organisation.

Avec cette technique vous ne gagnez pas de temps puisque vous devrez vous rendre à cette autre réunion. En revanche, vous gagnerez en confort puisque c’est vous qui choisirez l’ordre du jour, et peut être en efficacité puisque vous aurez un décideur avec vous.

6. Réunion inutile : et si on changeait le paradigme.

Si dans l’expression « réunion inutile », au lieu de supprimer la réunion, on supprimait son caractère inutile ?

Si au lieu d’associer « réunion » et « perte de temps », vous faisiez le choix d’associer « réunion » et « productivité » ou « réunion » et « efficacité », voir même « réunion » et « performance » ?

Prenons un exemple. Si vous avez mal à un bras, faut-il pour autant vous couper le bras ? Évidemment non. Vous allez soigner votre bras. Alors pourquoi ne pas traiter le mal qui mine vos réunions, plutôt que de vouloir supprimer les réunions elles-même qui doivent être des moments fort de management.

Prenez quelques minutes pour vous poser les bonnes questions et diagnostiquer les causes d’inefficacité et mettez en place les corrections nécessaires : formation, conseil, outils…

 

Gérez mieux votre temps en réunion : Suivez les conseils de Maître Yoda.