Vous êtes un chef d’entreprise et devez faire face à des problèmes de comportements de la part de vos collaborateurs ? Connaissez-vous le problème de la charge mentale au travail ? Lourde de conséquences, cette problématique induit un torrent d’émotions émanant du salarié, se traduisant généralement par une forte irritabilité. Afin d’endiguer ce problème, il est nécessaire de le détecter, le traiter et, surtout, le prévenir.

Les symptômes de l’épuisement professionnel

Lorsque dans une équipe, un service, vous devez faire face à un collègue facilement irritable, qui a des problèmes d’insomnie, il s’agit peut-être d’une alerte à prendre en compte.

En effet, ne laissez pas le doute s’installer et les comportements s’amplifier. Ce changement d’humeur est peut-être temporaire, dû à des problèmes familiaux ou de santé. Une fois ces doutes écartés, vous devez rapidement agir en tant que dirigeant d’entreprise.

L’épuisement professionnel peut également être souligné par des crises en pleine réunion ou des conflits avec des collègues. Vous remarquez que votre salarié ne répond pas aux commandes ? Que son anxiété provoque chez lui des manquements vis-à-vis des personnes extérieures ou de ses collègues ? Le syndrome semble alors bien ancré dans sa vie : vous devez y faire face avant qu’il n’empire et que des problèmes de comportement plus graves ne surviennent. La prévention est indispensable à ce stade.

Si votre salarié obtient de bons résultats en vous donnant satisfaction, tout en étant insatisfait de son travail, vous pouvez l’encourager et lui proposer un entretien. Cette entrevue sera l’opportunité de calmer ses angoisses ou de dénouer des situations qui lui semblent inextricables.

Surcharge mentale : les causes possibles du changement d’humeur de vos collaborateurs

Quelles que soient les situations auxquelles vous êtes confronté en tant que dirigeant, vous devez jouer la carte de la prévention afin de ne pas amplifier les conséquences de l’anxiété de votre salarié. Les causes possibles de l’épuisement professionnel sont multiples. En effet, afin de vous aider à voir plus clair, voici quelques-unes des principales causes :

  • multiples objectifs à atteindre dans le cadre de son poste ;
  • demande de productivité qui n’est pas en adéquation avec les moyens financiers ou humains ;
  • délais trop courts pour réaliser une tâche ;
  • répétitions des tâches entraînant la lassitude du salarié ;
  • exigences trop fortes ou en contradiction avec la fiche de poste du collaborateur ;
  • problèmes organisationnels résultant d’une incapacité à remplir les missions ;
  • problème de cohésion d’équipe ;
  • autonomie trop forte au sein du poste ;
  • contraintes trop importantes ;
  • évolution trop rapide des missions pour le salarié ;
  • mauvaise répartition des tâches au sein d’une même équipe ;
  • salarié surdiplômé qui n’occupe pas des missions liées à sa valeur professionnelle.

Lorsque le salarié ne se sent pas bien dans son travail, son entourage peut en pâtir, devant subir ses complaintes et s’inquiéter de sa santé mentale. Bien évidemment, l’entourage inclut également les proches collègues qui peuvent se proposer pour alléger temporairement certaines tâches.

Un outil pour réduire la charge mentale au travail ?

Quels sont les risques encourus par un salarié épuisé mentalement ?

Différents risques sont encourus par un salarié touché par la charge mentale, d’où l’importance de trouver rapidement des solutions efficaces et pérennes. Besoin d’idées pour des solutions en cas de charge mentale au travail ? Voici quelques pistes :

Tout d’abord, cela peut venir de votre manière de manager votre équipe. En effet, vous pouvez, sans le vouloir et selon votre mode de fonctionnement, imposer une pression trop forte à vos collaborateurs. Dans ce cas, vous pouvez suivre une formation en management afin de déceler ce qui peut être amélioré.

Ensuite, si la productivité est un objectif essentiel pour votre salarié, vous pouvez lui apporter une satisfaction en le déchargeant de certaines missions ou tâches. Ainsi, une revue des missions ou de sa fiche de poste est une piste à privilégier. Afin d’éviter que ce phénomène ne prenne trop d’ampleur, d’éviter des crises d’angoisse, des problèmes physiques, des insomnies, vous devez prendre en charge rapidement ce syndrome.

Multiplier les erreurs, montrer une certaine irritabilité ou agressivité envers ses collègues, sa hiérarchie et ses clients sont des symptômes physiques à prendre au sérieux. Ce n’est pas une marque de rébellion, mais bel et bien une alerte découlant de ce phénomène.

Ayant parfaitement conscience de ses missions, le collaborateur va multiplier les exigences qu’il s’impose à lui-même. Il peut ainsi être amené à ramener du travail chez lui, à penser fortement à son travail durant son temps libre, ce qui provoque de l’anxiété et des réactions impossibles à contrôler.

Dans les cas les plus extrêmes, des périodes de dépression, tout comme un trop-plein d’émotions, du stress intense, de l’angoisse et des problèmes de santé peuvent apparaître et s’installer durablement. L’évolution de cette situation peut être handicapante pour le salarié et devenir un frein pour l’entreprise. Afin d’éviter un burn-out, une mutation ou un arrêt de travail prolongé, il est nécessaire de prendre soin de la santé mentale de l’employé.

Dans les cas plus courants, le salarié peut avoir des réactions extrêmes qui ne lui ressemblent pas et peuvent sembler exagérées dans un contexte donné. Dans tous les cas, l’entreprise doit agir et peut proposer des solutions comme : un espace cocooning de détente, des temps de déconnexion du salarié, l’allègement de ses missions, ou la délégation des tâches.