L’excellence opérationnelle et l’optimisation des processus augmentent la productivité et les performances des équipes tout en réduisant les coûts.

Qu’est-ce qu’une excellence opérationnelle ?


Les managers gèrent leur industrie de manière spécifique, en fonction des besoins sur le terrain. Le marché du travail en constante évolution exige souvent une innovation au sein du système de management pour optimiser le développement de son secteur d’activité et éviter les problèmes qui pourraient impacter la production. 

L’excellence opérationnelle vise la pondération entre les ressources, la mise en œuvre des processus et le système logistique. Cet objectif nécessite des transformations qui s’opèrent à travers des changements de méthodes et d’adaptation du système logistique. Le but recherché est d’augmenter le chiffre d’affaires et de maintenir une excellente relation avec les partenaires et les clients. Diverses méthodes permettent de parvenir à cette excellente opérationnelle, afin de maintenir l’équilibre au sein de tous les secteurs d’activité. 

Les méthodes de changement


Quel que soit le choix de la méthode de changement choisie, l’objectif de l’excellence opérationnelle reste le même. À travers l’élaboration d’un processus spécifique, l’entreprise commerciale sera apte à structurer ses nouveaux objectifs organisationnels de manière optimale. Voici un descriptif de trois approches différentes qui permettent d’optimiser le fonctionnement global de son industrie : Agile, Kaisen et Lean management.

Le procédé d’innovation Agile

Les principes fondamentaux de la méthodologie Agile reposent sur la planification évolutive, le perfectionnement continu et la rapidité de la mise en œuvre des procédés. L’objectif est de répondre aux besoins du marché de manière simple et rapide. Ce processus permet de soutenir et encourager les équipes de travail à collaborer avec des outils efficaces pour atteindre leurs buts. Les collaborateurs de chaque département s’engagent à présenter régulièrement leurs travaux afin de recueillir des critiques constructives pour mettre en œuvre et suivre les nouvelles directives. 

Ce procédé englobe également la participation régulière aux réunions de travail où un bilan des éléments qui se déroulent favorablement est dressé. Ceci permet de définir ce qui reste à améliorer pour préparer les étapes des prochaines démarches à mettre en place. Le recours à Agile est souvent associé à celui des techniques Kanban ou Scrum.


Kanban

Le procédé Kanban est basé sur le principe des priorités. Les tâches sont réparties par ordre de priorité, indépendamment du temps nécessaire à son exécution. Ce type de démarche est optimal pour des petites équipes professionnelles qui ne sont pas contraintes à des délais fixes.

 

Scrum

Scrum est un concept qui s’appuie sur la répartition des tâches par périodes de travail définies. Ces étapes nommées sprints durent entre une semaine et un mois. Ce processus de travail convient bien aux professionnels de l’ingénierie qui commercialisent des logiciels. Les sprints de durée intense ont pour objectif d’augmenter les performances des salariés, afin qu’ils focalisent leur attention sur la problématique à traiter. Une étroite collaboration avec chaque acteur est nécessaire pour que cette approche fonctionne. 

 

La méthode Kaisen

Emprunté à la langue japonaise, le mot Kaizen signifie littéralement “amélioration continue”. Cette approche est basée sur une démarche holistique qui inclut l’implication de tout le personnel dans l’élaboration et la mise en pratique des améliorations dans divers secteurs d’activité. Il est recommandé de cibler précisément les domaines qui nécessitent un changement. Ceux-ci varient en fonction des besoins spécifiques de l’entreprise. Sur le terrain organisationnel de la société commerciale, la méthode Kaisen permet de réaliser des changements positifs et durables. Les trois piliers de cette technique sont basés sur :

  • le choix du bon processus pour obtenir des résultats à la hauteur de ses exigences
  • l’importance du travail en équipe pour atteindre les objectifs de transformation fixés
  • la nécessité d’améliorer tous les processus

 

Le lean management

Les principes du lean management visent la limitation des gaspillages au niveau de la production et un approvisionnement plus proche des valeurs du client. Les problèmes de gaspillage concernent divers domaines. Il est important que les managers puissent les repérer pour opérer les changements appropriés, afin d’atteindre l’excellence opérationnelle qualité. Voici un aperçu des points à prendre en considération pour obtenir une amélioration, en cohérence avec les attentes et les enjeux de l’entreprise : 

  • le respect du rythme d’expansion de l’entreprise permet d’éviter la surproduction de marchandise ;
  • les documents qui contiennent des informations sur les innovations effectuées (productivité, personnel, protocole…) doivent être régulièrement mis à jour ;
  • les compétences de chaque membre des équipes professionnelles doivent être exploitées au maximum ;
  • les réunions professionnelles doivent être ciblées sur du contenu utile et productif ;
  • lorsqu’une étape d’un processus a été intégrée et mise en pratique, il faut directement passer à la suivante pour gagner du temps ;
  • le changement d’emplacement de stockage de la marchandise doit avoir du sens pour éviter des travaux inutiles ;
  • les inventaires doivent permettre une meilleure gestion des matériaux périssables ;
  • le déroulé d’un processus doit être efficace et viser la plus-value pour les clients ;
  • la préservation de la santé du personnel et de l’entreprise passe par la limitation des mouvements répétitifs et des efforts inutiles qui peuvent générer des accidents, perturber l’organisation et générer des coûts supplémentaires.

Comment rédiger un bon compte rendu de réunion?

You have Successfully Subscribed!