Approche Neucognitive et Comportementale : le débriefing

On a testé pour vous :
l’Approche Neurocognitive et Comportementale

ANC : le débriefing

Bien-être au travail,équilibre des temps de vie, QVT(qualité de vie au travail), autant de sujets sur lesquels nous avons l’habitude de partager, et d’ailleurs, si vous lisez cet article c’est peut-être à l’occasion d’une recherche sur un de ces thèmes.

Aujourd’hui, c’est une autre dimension que nous vous proposons d’explorer, celle de la connaissance de soi.

Si on vous en parle, ce n’est pas totalement innocent, vous vous en doutez bien. En effet, en guise de séminaire de rentrée chez Perfony, nous avons décidé de tester l’Approche Neurocognitive et Comportementale, autrement appelée A.N.C.

Maintenant que les résultats sont tombés, et que nous savons qu’il n’y a parmi nous aucun psychopathe-bipolaire-schizophrène-narcissique-compulsif, on se sent à l’aise pour vous faire un retour de nos impressions et raconter comment cette épreuve a été vécue.

Attention, il ne s’agit pas ici d’expliquer ce qu’est l’Approche Neurocognitive et Comportementale, mais de partager comment nous l’avons vécu et ce que nous en avons retiré individuellement et collectivement au sein des équipes de Perfony. Pour plus d’information sur l’ANC, nous vous invitons à consulter le site de l’Institute of Neurocognitivism ou à vous rapprocher de Marie-Laure, notre coach et consultante qui nous a accompagné.

Le test VIP2A PRO : questionnaire de personnalité.

En amont de la session de débriefing avec notre super coach, nous avons dû remplir un questionnaire qui se passe en ligne. Préalable au combien classique à toute analyse de ce type.

Ce test s’appelle le VIP2A PRO. Peut-être en existe-t-il d’autre pour l’ANC, en tout cas c’est celui-ci auquel nous avons été soumis.

Le VIP2A PRO est en 3 parties (la dernière étant très courte) et dure environ 20 à 30 minutes.

Je pense que ce type de test doit être réalisé le plus rapidement possible. Non seulement parce que je n’ai pas envie d’y consacrer trop de temps, mais également parce que c’est un exercice qui demande une forme de sincérité que seule la spontanéité peut apporter. Autrement dit, si on commence à vouloir trop réfléchir, ou intellectualiser les questions, on finit par se faire des nœuds au cerveau et plus aucune réponse ne devient possible.

C’est arrivé dans l’équipe, au plus cartésien de nous tous, et on peut presque dire qu’il n’a pas réussi à bien terminer le questionnaire.

Puisque l’objectif de cet article est de donner un ressenti, on doit avouer avoir été un peu déconcerté par moment par le vocabulaire employé. Non pas qu’il soit technique, mais si on entre dans une analyste sémantique stricte, on peut en arriver à se bloquer : « est ce que tel ou tel comportement me ressource ? » … ?¡ !¡!¡¿… « Vous entendez quoi exactement par ressourcer, et puis finalement peut-on partir du postulat qu’un comportement peut ressourcer et ne faudrait-il pas s’entendre sur une définition commune du mot ressourcer ? ».

On peut aussi être obligé de faire des choix impossibles entre deux affirmations, sans doute encore à cause d’un vocabulaire trop générique, car les deux sont vrais pour vous.

Bref si on répond spontanément, de manière quasi instinctive, on évite les migraines et les réponses sont à mon avis de meilleure qualité.

Le rapport et la restitution

La fin du questionnaire ne vous permet pas de récupérer directement votre rapport. Et franchement, c’est mieux ainsi. Car sans explication, on récupérerait un beau document avec de jolis graphiques, mais qui resterait tout de même assez obscur.

Il est très important de garder à l’esprit que ce type d’approche (ie. ces tests comportementaux) ne sont pas paroles d’évangile. Ce sont des grilles de lectures pour permettre de mettre en lumière une partie de soi-même que vous ne connaissiez pas forcément, voir même, simplement prendre conscience de l’existence des moteurs qui agissent dans certains comportements.

Chez Perfony, le choix a été fait d’une restitution collective et l’exercice a été très intéressant. D’abord on a bien ri et ensuite cela a permis de mieux se comprendre sur certains points qui peuvent nous agacer au quotidien. Bref, on pensait bien se connaître et on a encore découvert des trucs sur nous tous.

La restitution a été très dynamique, avec des exercices qui sont venus non seulement casser la routine d’une simple présentation, mais aussi qui nous ont permis également de mieux comprendre cette « grille de lecture ».

Les 3 facettes de la dynamique comportementale

Le rapport présente votre profil en s’appuyant sur 3 facettes :

  • La motivation
  • L’assertivité
  • L’adaptabilité.

La motivation

C’est sans doute la partie qui est la plus avancée de l’ANC.

Le rapport présente vos motivations réparties en 8 « dynamiques de motivation ».

Mais ce qui est particulièrement instructif et qui a été vraiment une découverte avec cette approche, c’est qu’elle permet de distinguer différents types de motivation :

  • Motivation « durable »
  • Motivation « conditionnelle »
  • Motivation de type « surinvestissement émotionnel »
  • Motivation par « aversion »

Ainsi, on est amené à se poser la question de ce qui est vraiment moteur de nos comportements.

Je vais reprendre l’exemple abordé lors de la restitution qui est celui de la course à pied.

Qu’est-ce qui me motive pour chausser mes baskets et aller courir ?

  • Motivation durable : parce que j’aime ça, ça me fait du bien, je respire le grand air, j’aime me dépenser, ça me vide la tête, etc.
  • Motivation conditionnelle : parce que c’est bon pour ma santé, parce que ça fait plaisir à mes amis que j’aille courir avec eux
  • Motivation de type « surinvestissement émotionnel » : parce que si je ne cours pas assez, je risque de ne pas être au niveau.
  • Motivation par aversion : je vais courir car je ne supporte pas de rester inactif le week end, il faut donc que je trouve quelque chose à faire…

C’est un éclairage vraiment subtil et intelligent sur nos vrais moteurs et on peut ensuite faire une analyse de nos motivations au travail ! C’est très instructif et tellement différent en fonction des personnes.

La représentation graphique sur le radar affiché plus haut montrera donc pour chaque dynamique, votre motivation exprimée, mais également votre motivation calculée, qui pondérera vos réponses en fonction du type de motivation. Chose amusante mais non surprenante, l’équipe Perfony a une forte majorité de membre avec comme motivation primaire le « novateur » … C’est pour cela que chez Perfony on prend plaisir dans notre travail à toujours faire évoluer nos produits pour répondre aux attentes de nos clients et rester la référence en matière d’efficacité de plans d’action et de réunions !

Enfin, le rapport sur nos motivations mettra également en lumière ce qui est appelé les « comportements gâchette », c’est à dire des comportements qui pour vous sont les plus irritants et les plus susceptible d’entrainer une réponse faisant appel à votre gouvernance instinctive, au lieu de votre gouvernance adaptive.

Ainsi, connaissant ce qui vous fait démarrer (et les autres) au quart de tour, il est plus facile d’identifier comment éviter les situations de tension au sein d’une équipe.

L’assertivité

C’est cette expression graphique qui présente l’assertivité. Une croix grecque composée de 5 carrés blancs qui peuvent virer au gris clair ou au gris foncé suivant votre capacité à prendre naturellement votre place dans un groupe.

Il est possible d’avoir 2 cases grisées, avec plus ou moins d’intensité.

Des pourcentages pour chacune des cases viennent exprimer la fréquence relative des attitudes et comportements adoptés.

La simplicité de ce rendu ne nécessite finalement que peu d’explication et n’a pas entrainé beaucoup de débat lors de la restitution car chacun a pu s’y retrouver sans surprise. La bonne nouvelle étant qu’on est tous bien centrés sur ce sujet chez Perfony.

L’adaptabilité

C’est le résultat de la partie la plus rapide du questionnaire, mais c’est sans doute l’un des grands révélateurs de l’ANC.

C’est dans ce chapitre qu’est évaluée la capacité à faire appel à un mode « automatique » ou un mode « adaptatif » pour faire face à une situation de changement.

Pour chacune des 6 dimensions, un axe gradué de 0 à 10 positionne vos résultats en situation normale (en gris) et vos résultats dans une situation différente (en rouge).

Le positionnement des curseurs l’un par rapport à l’autre permet d’évaluer la capacité ou non à faire appel au mode adaptatif pour gérer ces comportements.

Les 6 dimensions sont les suivantes :

  • Routine / Curiosité
  • Persévérance / Souplesse
  • Simplification / Nuance
  • Certitude / Relativité
  • Empirisme / Rationalité
  • Image sociale / Opinion personnelle

Les résultats ont été très commentés chez Perfony. Le sujet lui-même, comme la grille de lecture proposée avec ses 6 dimensions semblent particulièrement pertinents et ont été appréciés, mais le questionnaire a semblé difficile à plusieurs personnes pour les motifs que j’évoquais en introduction.

Conclusion : l’ANC on en a pensé quoi ?

L’une des grandes découvertes de cette journée, a été de se questionner sur les différents types de motivation de nos comportements. C’est vraiment un nouvel éclairage sur ce qui nous motive.

La mise en lumière des comportements « gâchette » a également été très appréciée. C’est un moyen efficace pour mieux se connaître et pouvoir améliorer sur des points très concrets les relations entre nous.

Enfin, la découverte de la troisième facette, l’adaptabilité, apporte aussi beaucoup à la connaissance de soi. Et n’étant pas expert du sujet, j’ai trouvé que la présentation de ce sujet nouveau était simple et pratique.

Cette découverte de l’ANC a été appréciée par toute l’équipe et l’accompagnement lors de la restitution a été unanimement reconnue comme indispensable pour tirer profit du rapport. Il permet de prendre le recul nécessaire et surtout bien comprendre les clés de lecture de nos comportements mis en lumière dans notre rapport individuel.

Si vous aussi vous voulez découvrir l’ANC, n’hésitez pas à prendre contact avec nous. Nous vous mettrons en relation avec des experts dans votre région.

By |2018-10-10T08:33:39+00:0025th Sep 2018|Categories: Actualités, Retour d'expérience|0 Comments

About the Author:

Expert reconnu du monde du digital, il développe sa pratique du marketing en se spécialisant dans l'univers du logiciel et particulièrement dans les problématiques liées à la distribution en mode Saas. Chief Marketing Officer chez Perfony depuis 2012, où il apporte ses compétences en matière de marketing, communication et business développement, et ses connaissances de l'environnement Start Up. Diplômé en Droit et Management des Nouvelles Technologies à l'Université Paris 2 "Panthéon-Assas" et en Marketing et Communication à l'Université "Paris Est Marne la Vallée".